3 - La lutte des individus face à la mafia

Les individus peuvent essayer de lutter contre la mafia en refusant le  pizzo ( racket sur les commerçants ), en brisant la loi du silence… Cependant ces violations sont passibles de peines de mort pour la mafia. Les personnes qui s’y risquent sont peu nombreuses et regrettent parfois d’avoir résistés.

Voici quelques exemples d’individus ou associations luttant contre la mafia :

- A la fin du XIXe siècle, un grand personnage s’est élevé contre la mafia. Le marquis Emanuele Notarbartolo di San Giovanni, alors maire de Palerme, était le premier membre de l’élite à lutter contre la mafia et il a été assassiné en 1893. Il est le premier "cadavre excellent", comme on appelle les personnalités en vue assassinées par la mafia.

- Depuis maintenant plus d’un an, Roberto Saviano, le jeune écrivain italien de 28 ans, est menacé de mort par la Mafia et vit sous protection policière. Son crime ? Avoir publié une enquête romanesque au cœur de la mafia napolitaine, la Camorra. Le livre, Gomorra ne plaît pas du tout à la Mafia, qui déteste évidemment ce genre de publicité à grande échelle. Il est condamné à mort par les clans et s’enfuit pour Rome, où il vit depuis caché, sous protection policière depuis 2006. Toutes les activités d’une vie normale lui sont désormais interdites. Ses parents ont également dû partir… Pour Saviano, malheureusement, la Camorra peut vouloir frapper un grand coup, faire de lui un exemple car ils se savent fragilisés. Si Saviano survit, il deviendra celui qui a osé braver la mafia.

- Un célèbre commerçant palermitain, Vincenzo Conticello, a décidé de refuser de payer l'impôt mafieux. C'est alors que les ennuis ont commencés pour le restaurateur, les vitres de sa voiture sont brisées, des sacs de clients volés, un réservoir d’eau endommagé… Quatre mois plus tard, son racketteur, qu’il a reconnu sur photo, est arrêté ainsi que trois autres mafiosi. En novembre 2007, les quatre hommes sont condamnés à un total de 48 ans de prison. Ses racketteurs sont en prison mais il doit être protégé en permanence par la police.

- L'été dernier, un adolescent italien de 13 ans se rend dans un parc d'attractions de Naples. Devant la billetterie, il est témoin d'un crime mafieux. Quand les carabiniers arrivent, il déclare : "Je sais qui a tiré, c'était Topolino". Tout le monde connaît les mafieux d'un certain niveau, surtout quand ils ont un nom comme Topolino (le nom de Mickey en italien). Le témoignage très précis de l'adolescent, interrogé plusieurs fois et qui a même pu décrire l'arme utilisée, a permis l'arrestation et l'emprisonnement du mafieux. Depuis la vie de ce jeune a basculé : lui et sa famille ont déménagé et vivent sous escorte policière. Une spécialiste des mafias avoue : "C'est un risque énorme pour sa vie. La mafia n'oublie pas facilement Il y a cependant un mythe qui veut qu'elle ne tue pas d'enfants. Mais elle peut s'attaquer aux proches...". Malgré tout, l'adolescent a affirmé qu'il réitérerait son témoignage devant un tribunal.

 

Ces exemples nous prouvent que certains individus luttent contre la mafia, résistent, cependant ce n’est qu’une partie minime de la population.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×